Bonjour à tous,

La période d’élection se terminant le 19 juillet prochain (on me dit que l’assemblée générale annuelle de la FQE a été avancée à cette date, et normalement les votes sont dépouillés immédiatement après l’assemblée générale), je me suis dit qu’il serait peut-être bon de me présenter de façon plus exhaustive, afin que les membres puissent avoir une idée plus juste de la passion qui m’anime depuis maintenant plus de 30 ans, dans le merveilleux monde des échecs, et qui explique pourquoi j’ai décidé de présenter ma candidature aux présentes élections.

J’ai tout d’abord commencé à jouer au club d’échecs de St-Jean-sur-Richelieu en janvier 1980, quelques mois seulement après que Roger Léger ait fondé le club.  L’année suivante, à l’automne 1981, M. Léger invite le MI Kevin Spraggett (il allait devenir un des plus grands joueurs d’échecs de toute l’histoire, au Canada) au club pour partager avec nous quelques-unes de ses plus belles parties.   C’est lors de cette soirée que la piqure s’est vraiment installée pour moi.  La fougue, la passion, l’amour inconditionnel du jeu de Kevin, ne pouvait que générer ce genre de réaction chez l’auditoire.

Comme plusieurs autres avant moi, et plusieurs après moi, les années suivantes furent principalement consacrées à améliorer mon jeu, mais aussi à participer à la vie du club en m’impliquant dans diverses tâches.  A cette époque, le club de St-Jean organisait un tournoi annuel à tous les automnes et la participation active à l'organisation de cet événement, de la plupart des membres du club, était toujours un moment de l’année ou il faisait bon de s’impliquer en groupe à un objectif commun.  De plus, nous étions un petit groupe de passionnés (5-6), qui aimions se déplacer ensemble dans les différents tournois à travers la province.

Avec les années, j’ai commencé à développer un goût plus marqué pour l’arbitrage.  Au club de St-Jean-sur-Richelieu, nous avions le privilège de bénéficier de la présence d’un des meilleurs arbitre au Québec à cette époque, Gaétan Morin, qui n’hésitait pas à partager ses connaissances avec nous.  Avec les années, il est en quelque sorte devenu mon mentor et je l’en remercie encore à toutes les fois où nous avons la chance de passer un peu de temps ensemble.  A tout le moins, c’est clairement lui qui m’a permis de découvrir une passion et un plaisir pour l’arbitrage de tournois d’échecs.  C’est ainsi que vers le milieu des années 90 je suis allé suivre mon stage d’arbitre local, au Stade Olympique.  Quelques années plus tard, en 1999, apprenant que la FQE se préparait à donner un stage d’arbitre sénior, je n’ai pas manqué l’occasion d’aller parfaire un peu mes connaissances.

Dans le même ordre d’idée, c’est vers le milieu des années 90 que j’ai commencé à m’impliquer au niveau de la FQE en devenant tout d’abord secrétaire, pour ensuite devenir trésorier à la FQE.  En même temps que j’occupais cette fonction, je suis éventuellement (1999) devenu directeur régional à l’AEM.  J’ai même eu le privilège d’être le capitaine de l’équipe du Québec, avec les Lefong Hua et Pascal Charbonneau, entre autres, faisant partie de mon équipe, en mai 2000, au « Canadian Chess Challenge », à Calgary.

Par la suite tout s’est bousculé un peu rapidement.  Bien évidemment j’avais eu la chance depuis plusieurs années d’arbitrer plusieurs tournois, un peu partout à travers la province, étant devenu arbitre sénior, mais c’est vraiment lors d’un tournoi au Lac Beauport en novembre 2000, ou j’étais arbitre en chef, que les opportunités ont commencées à se présenter pour moi.  C’était la 2e année de suite que le Manoir St-Castin organisait un tournoi et le propriétaire étant français, avait décidé d’inviter des joueurs de la France à participer à cet évènement.  Quelques-uns sont venus.  Et c’est un de ces invités qui, vers la fin du tournoi, m’a demandé si j’étais intéressé à devenir arbitre au très prestigieux Open de Cappelle-la-Grande (qui existe maintenant depuis plus de 30 ans), à l’époque le 2e tournoi le plus important au monde.  On parlait ici de 700 joueurs, 100 GMI, 100 MI, 5 arbitres invités, venus d’un peu partout à travers le monde (en plus des 5 arbitres Français), une cinquantaine de bénévoles, une moyenne de cote des joueurs supérieure à 2000.  Bref, la crème de la crème. J’ai dit oui.

C’est ainsi qu’en février 2001 je me dirige vers la France, pour la première fois de ma vie.  Mais entre-temps, au milieu janvier, la fédération canadienne des échecs (par l’entremise de son président d’alors, Maurice Smith), apprenant que depuis quelques mois je n’étais plus à l’emploi d’AEM, communique avec moi pour m’offrir le poste de « business manager » à Ottawa.  Pour faire une histoire courte, je leur réponds que je ne suis pas disponible pour les rencontrer avant mon départ pour la France, ils me répondent : « On va t’attendre ».  Je vais arbitrer mon premier vrai tournoi international en Europe, je reviens au Québec, et effectivement je me rends à Ottawa ou j’accepte l’emploi à la FCE.  Par la suite, je retournerai arbitrer l’Open de Cappelle-la-Grande, en 2002, 2004 et 2005 en plus d’avoir été y jouer en 2007.  Soit dit en passant, LE FILS de l’organisateur de l’Open de Cappelle-la-Grande, Stéphane Gouvart, avec lequel je suis toujours en contact, m’a confirmé qu’il sera à Montréal cet été pour le 3e Championnat de l’AIDEF.  Stéphane, a toujours été impliqué au niveau du tournoi de Cappelle-la-Grande depuis qu’il est tout jeune.  Il y a une dizaine d’années, il a officiellement pris la relève de son oncle Bernard, qui s’occupait principalement de la recherche de commandite et de sponsorship.  Si ce genre d’évènement vous intéresse, n’hésitez surtout pas à aller le voir et lui poser toutes les questions qu’il vous plaira, il vous répondra avec plaisir, avec son accent de Français du Nord :-).

C’est donc à mon retour de la France, en 2001, que j’ai eu l’opportunité d’être plus impliqué au niveau des échecs à  travers le Canada.  A l’époque, la FCE m’avait clairement fait comprendre que mon embauche avait pour but, entre autres, de susciter les rapprochements avec la FQE (non non, ce dossier n’est pas une initiative récente du CE actuel de la FQE, il existe depuis presque 15 ans maintenant).  C’est pourquoi, à l’époque, on m’a donné l’opportunité de rétablir certaines injustices faites au Québec au fil des ans.  Par exemple, en 2002 et 2003, le Québec a vu 3 nouveaux arbitres internationaux joindre ses rangs.  Avant cela, ça faisait presque 20 ans que la FCE refusait d’octroyer le titre à qui que ce soit au Québec (je crois que le dernier en lice avait été donné en 1984).  Toujours pendant mon passage à la FCE, Montréal s’est vu attribué l’organisation du Zonal 2001 (la Ligue d’échecs de Montréal).  Ensuite, en 2002, la FQE a eu le privilège d’organiser le CYCC et le Canadian Open.  A l’époque, lors de l’assemblée annuelle de la FCE à Sackville , au Nouveau-Brunswick, en juillet 2001, j’avais même réussi à faire maintenir le rabais sur les frais de cotation de la FCE pour le Québec.  L’Ontario était en furie de savoir que le Québec payait 1$ moins cher que partout ailleurs au Canada, pour faire coter ses tournois à la FCE.

Ensuite, je suis revenu au Québec, en 2003, pour revenir comme trésorier à la FQE.  En septembre 2005 j’ai dû quitter mes responsabilités sur le CA de la FQE pour devenir directeur général par intérim à la FQE, après le départ de Christian Lacasse.  A l’origine je n’étais supposé n’occuper ce poste que pendant 1 mois, le temps de trouver un remplaçant à Christian, mais quatre mois plus tard, la FQE n’avait toujours trouvé aucun remplaçant.  C’est dans ce contexte j’ai dû quitter  la direction générale, car ma conjointe et moi déménagions…en Espagne.

En 2006, une fois rendus en Europe, ma conjointe a accepté de suivre son stage d’arbitre local, en Galice,  qu’elle a réussi avec succès.  Ce titre nous a permis d’être arbitres, ensemble, à plusieurs tournois internationaux en Espagne, au Portugal et en France.  Pendant 2 ans là-bas, nous avons eu l’immense privilège d’être impliqués autant dans les formidables tournois par équipe (inter-clubs) que dans les plus grands tournois internationaux.  Et surtout, le plaisir de côtoyer les plus grands joueurs de la planète.

Après notre retour au Québec, vers le milieu 2008, j’ai tranquillement fait un retour comme joueur dans plusieurs clubs d’échecs en plus d’être arbitre dans différents évènements organisés autant par la FQE (COQ, Junior et Sénior, Amateur, etc…) que par différents organisateurs privés (Championnat de Montréal, Laval, etc…).

C’est cette expérience, autant au niveau local qu’au niveau national et international, que j’espère pouvoir mettre au service de la FQE lors de cette élection.  C’est cette passion, cet amour du jeu, cet engagement inconditionnel envers les échecs que j’espère pouvoir contribuer en étant élu sur le CE de la FQE.

J’espère que vous voterez  en grand nombre d’ici le 19 juillet prochain.  Je travaillerai avec plaisir avec toute personne que les membres décideront d’élire.  Je l’ai dit d’entrée de jeu, mon objectif premier est de pouvoir contribuer aux échecs et à la FQE EN ÉQUIPE. Travailler avec les gens, avec les clubs, avec les membres. Et j’ose espérer que je pourrai bénéficier de votre confiance.  Merci à l’avance de votre support.

Serge Archambault